Vanités urbaines

Ce diaporama nécessite JavaScript.

FR (EN below)

Vanités urbaines

Une canette écrasée, un préservatif usagé, un cordon rouge, une seringue, une figurine de Sailor Moon, des paquets de cigarettes, une fourchette rouillée, …
La ville rejette quantité d’objets cassés, usagés, oubliés,… Les trottoirs et les caniveaux sont devenus leur domaine.
Les objets de cette série photographique, qui comprend 22 images, sont pour la plupart trouvés sur les trottoirs de Bruxelles. Abandonnés, souillés, ils sont extraits de leur contexte et photographiés en studio sous la lumière clinique du flash électronique sur un fond blanc immaculé, leur donnant une seconde vie, un nouveau statut.

La saturation des couleurs est opérée chimiquement par le transfert de développement de films Ektas transparents dans des bains de films négatifs couleurs, comme un clin d’œil au Pop Art.
De simples objets ils deviennent icônes, des « vanités » urbaines. Chacune racontant sa propre histoire, comme autant de chroniques de nos sociétés urbaines et consommatrices.

Exposition principales :
Bitume/Bitumen, Festival de Photographie, Bruxelles / 1999
Palissade, Affichage urbain à Bruxelles, BNA/BBOT / 2001
Biennale de la Photographie, Liège / 2004

EN

Urban vanities

A crushed can, a used condom, a red cord, a syringe, a Sailor Moon figurine, cigarette packs, a rusty fork, … The city rejects a lot of broken, used or forgotten objects. Sidewalks and gutters become their domains. These objects, become « urban vanities », tell their stories, as critical chronicles of our urban and consumer civilization. In this approach, no message except a statement on notions such as our relationship to society, urbanity, memory and forgetting … These objects – mostly found on the sidewalks and in the streets of Brussels – abandoned, soiled, are taken from their context and photographed under the clinical light of the electronic flash on a pristine white background, giving them a second life, a second chance to live and tell their stories.